Wolverhampton 2-1 Manchester United

Manchester United France » Actu championnat » Wolverhampton 2-1 Manchester United

Posté le lundi 7 février 2011 à 8 h 19 min

Auteur :

Renversement de situation

United restait sur une série de 29 matchs sans défaites. La dernière fois que les hommes de Ferguson abandonnèrent les trois points fut lors du match pour le tire l’an passé à Old Trafford perdu face à Chelsea (1-2). Depuis, des victoires, des nuls et des miracles. Mais cette fois ci, David a terrassé Goliath. En étant franc, les Wolves ne méritent pas leur dernière place, et au vue de notre match, nous ne méritions pas non plus la première place. Et en général, un « malheur » n’arrive jamais seul, la preuve. Nous sommes une heure avant la rencontre, Sky et autres nous donne la compo. Ferguson se déplace sur la pelouse du dernier au grand complet. Mis à part un Valencia ou Park, United se déplace avec son 11 type : Van der Sar, Rafael, Ferdinand, Vidic, Evra, Nani, Fletcher, Carrick, Giggs, Berbatov, Rooney. On se dit que United prend au sérieux ce match et ne laissera pas filer des points. D’autant que les Mancuniens ont vu Arsenal se faire remonter miraculeusement par Newcastle en nous donnant ainsi une chance folle de compter 7 points d’avance sur le second. Mais justement, les événements se retournèrent pour nous en même temps que le mollet de Ferdinand pendant l’échauffement. Résultat, Rio dans les tribunes pendant deux semaines, et Jonny Evans titularisé de dernière minutes. Le match commença et United marqua au bout de 3 minutes par Nani. Dans la foulée, Berbatov trouve Rooney trop court face au gardien. Les 15 premières minutes n’était qu’un trompe l’œil tant United fut dangereux et bien en place. Cependant, suite à un corner joué en deux temps et rapidement, Elokobi, qui n’est pas le meilleur du monde, plaça une monstrueuse tête, disons monstrueuse pour nous rassurer, au raz du poteau d’un Van der Sar très limite dans sa détente horizontale. Mais outre cela, ceci dénote un manque énorme que nos adversaires décèlent petit à petit. United est très friable sur les coups de pieds arrêtés. Blackpool à ouvert la voie, que la plupart des petits utilisent. Sur le corner, une faute de concentration de Rafael et Nani laisse le joueur centrer, et Carrick, au marquage d’Elokobi, laisse le Camerounais libre comme l’air. Trois erreurs, pour un but…. Et ca en était finis de United dans ce match, nous redescendions de notre nuage pendant que les Wolves grimpaient dessus. Evans, qui a déjà permis à Carlton Cole, lors de la défaite en Carling Cup, de ressembler à Pelé, à permis cette fois ci à Kevin Doyle, de ressembler à Maradona. Et comme on ne fait jamais rien de moitié, suite à une faute inutile d’un Vidic très énervé, les Wolves marquent également un but de la tête avant la pause. Erreur de marquage incroyable, manque de concentration on fait de United un leader en péril.

Impuissance totale

Preuve de l’impuissance de United, Michael Carrick, transparent, fut sortis à la mi-temps et Paul Scholes, qui sera également transparent, entre à sa place. Et que dire de la seconde période de United ? Aucun mouvement construit, United semblait si faible que ca en devenait navrant. Même lors des rencontres miraculeusement remportée, gardions un espoir, mais la…. Les Wolves nous empêchèrent de faire plus de cinq passes. Une défense aux aboies face à un seul attaquant, un milieu complètement noyé par la présence des 5 milieux adverses, et une attaques sevrée de ballon certes, mais sans aucune solution, déplacement ou génie. United nous a offert un piteux visage en seconde période avouons le. Et la question à se poser, ou du moins l’une des questions à se poser est : Est –ce que United est mauvais à cause de ses adversaires, ou est-ce que United rend fort ses adversaires ?  United joue bas à l’extérieur, semble friable, faible défensivement, sans aucune percussion ni envie. Les blocs sont trop étirés et le jeu stéréotypé. Les faiblesses apparurent l’an passé ressortent cette saison a l’extérieur. A savoir un manque total de maitrise, un jeu trop latéral, des blocs étirés, des sauts de concentration monstrueux et une incapacité à marquer le rythme d’un match. Autrement dit, un manque récurant depuis la saison 2009/2010. Attention, mode pleurnicheur on. Ou soyons franc, depuis les blessures à répétition de Ferdinand et surtout depuis les départs combinés de Ronaldo, et Tevez… Mode footix off. On a souvent eu des alertes, que l’équipe ne semble pas tenir compte. Les défaillances individuelles, influent sur le collectif et nuisent donc à la saison.

Maigre consolation

United perd pour la première fois de la saison, contre le dernier de la League. Sans être pessimiste, l’objectif n’était pas d’être invaincu, mais d’être champion. Nous restons donc en tête du championnat à la faveur de Newcastle (et de l’arbitre du match) qui a freiné Arsenal 4-4, mettant ainsi un coup énorme au moral à la bande de Wenger. De son côté Chelsea, dopé par les arrivées de Torrès, très moyen, et de David Luiz, à surveiller réellement, à perdu à domicile face à une équipe de Liverpool qui reprend petit à petit des couleurs. Arsenal gagne un point, United et Chelsea perdent, c’est City qui rit. Vainqueur faceile 3-0 grâce à un triplé de Tevez, City raccroche à 6 points de United avant le grand derby de samedi prochain. Manque de chance pour vous mes amis, j’y serais !! Mais le timing est plus que mauvais pour United. Une défaite avant un derby, City qui enchaine les buts, Tevez de retour en très grande forme, et surtout cette satanée semaine internationale qui ne sert strictement à rien qui va venir couper l’élan du championnat. Nous aurons beaucoup de joueurs qui seront en déplacement comme Vidic aux Etats-Unis, Chicharito au Mexique et qui ne sera pas de retour avant vendredi…. Autant dire qu’il faudra que Fergie récupère un maximum de ses joueurs intacts (Anderson, Rooney, Chicharito, Vidic, Nani, Rafael, O’Shea, Evans, Fletcher). Consolons nous, la plupart des Cityzens seront également en compétition internationales, voir même plus de joueurs que nous. Croisons les doigts pour que nos joueurs soient tous frais, et prêt à battre et a écarter définitivement un concurrent direct à la couronne de champion.

Autres articles MUSC France :
« | »

Laisser une réponse