L’histoire sportive

Manchester United France » L’histoire sportive

L’HISTOIRE SPORTIVE DE MANCHESTER UNITED

De la naissance du club de Newton Heath à aujourd’hui, en passant par la catastrophe de Munich, l’ère de Sir Matt Busby et le triplé de Ferguson, voici en 9 épisodes comment Manchester United a écrit une des plus belles histoires du football.

1878 -1945 :  Au commencement – de Heaton Heath à Man Utd
1945 -1958 : Les années d’après guerre – La génération « Busby Babes »
06 février 1958: Le drame de Munich, la fin d’un rêve 
1958 – 1968 : A la poursuite des années glorieuses 
29 mai 1968 : Wembley – le rêve devient réalité 1968 – 1986 : L’après Busby – Les années difficiles
1986 – 1999 : Les années glorieuses – La génération 90

16-22-26 mai 1999 : Le triplé

1999 – 2008 :  Les années 2000 : vers Moscou
2009-20xx : Dans que Sir Alex Ferguson sera au commande

PREMIER EPISODE: AU COMMENCEMENT
DE NEWTON HEATH A MANCHESTER UNITED (1878-1945)

Les fondateurs de ce qui est devenu le plus grand club au monde, étaient un groupe de cheminots du Lancashire et du Yorkshire qui se sont regroupés, il y a plus de 120 ans, pour créer une équipe de football.

En 1878, le club de Newton Heath est né. Le club se fait un nom localement et veut grimper en ligue. Il sera accepté qu’à la troisième demande en 1892 mais l’apprentissage est difficile avec une descente en 1898 en deuxième division alors que Manchester City gagne son premier titre. Après quelques années difficiles, le club gagne enfin le pouvoir financier grâce à un brasseur, John Henry Davies, pour progresser avec de nouveaux joueurs et une nouvelle direction. La décision de changer de nom est alors prise. Manchester Central est proposé ainsi que Manchester Celtic. Les deux propositions furent rejetées pour le nom qui deviendra célèbre aux quatres coins du monde. En 1902, Newton Heath devient officiellement – Manchester United.

Ernest Mangnall coache les stars de l’époque qui avaient pour nom Turnbull, Bannister, Burgess et Charlie Roberts. Dès 1908, United obtient son premier titre de champion et gagne la FA Cup en 1909, en battant Bristol City 1-0. Ce fut une période faste pour les supporters qui eurent droit à un nouveau stade. Le club s’installe à Old Trafford, le Théatre des Rêves. Nous sommes en 1910.

Les années 20 et les années 30 furent des années difficiles pour United. Le club descend en D2 en 1922, lutte pour s’y maintenir, et ne produit pas un jeu terrible. En 1927, c’est une mini-crise, les fans menacent de boycotter le club (déjà !). Pour faire face à la crise, on parle de vendre Old Trafford. En 1922, miracle, un businessman, James Gibson éponge la dette de 2 000£ et prend le contrôle du club.

Mais le miracle sportif ne se produit pas malgré l’embauche d’un nouvel entraineur, Scott Duncan et en 1934 le club plongent vers la D3. Dos au mur, United affronte Millwall le 5 mai alors que de l’autre côté, Manchester City, le club rival de toujours se qualifie pour la finale de la FA Cup grâce à un certain, Matt Busby. Les Reds se sortent du mauvais pas avec une victoire 2-0.

United fait l’ascenseur mais finit par remonter en Première division en 1939, au moment où la guerre commence.

Pendant la guerre, Old Trafford est bombardé et réduit en ruines. Le 5 février 1945, un certain Ecossais arrive au stade. Regardant le désastre, il ne savait pas encore quel future était réservé pour lui dans ce stade et quelle joie il apportera aux fans tout le long de son passage à Old Trafford.

Matt Busby venait d’arriver.

Deuxième Partie

Vous avez tous en tête le chant suivant très souvent repris à Old trafford : Hello, hello, we are the the Busby boys, Hello, hello, we are the the Busby boys, And if you are a City fan, Surrender or you’ll die, We all follow United.

We are all the busby\’boys.

Pour comprendre l’importance de ce chant il faut revenir aux années 1945 :

LES ANNEES D’APRES GUERRE
LA GENERATION « BUSBY BABES » (1945-1958)
deuxième partie de l’histoire du club.

Matt Busby, ancien joueur écossais de Liverpool et de Manchester City, vite connu sous le nom du Godfather (le parrain), peut s’attendre à une tâche très lourde pour redresser le club. A cause de l’état du stade, les matchs sont joués au stade de City, Maine Road. Busby a besoin d’un bon assistant pour l’aider à forger une équipe compétitive. En faisant signer Jimmy Murphy, il réalise un coup de génie. Le tandem Busby-Murphy va devenir l’une des associations la plus durable et la plus efficace dans l’histoire du football.

Depuis la reprise du championnat en 1946, fraîchement remontée de seconde division, l’équipe prend confiance. United remporte la FA Cup trois ans après l’arrivée de Matt Busby et après avoir fini trois saisons à la deuxième place, United est champion en 1952 avec quatre points d »avance sur les rivaux londonniens, les Spurs et les gunners. 41 ans après son dernier titre !! United s’apprête à marcher vers un destin qui laissera une marque profonde dans l’histoire du football anglais.

United est alors surnommé par la presse « les Busby Babes », un terme qui ne plait pas au manager pour sa connotation enfantine. Il préfere tout simplement le nom des Red Devils (le surnom de l’équipe de rugby de Salford). Matt Busby fait venir de jeunes talents comme Johnny Berry, Tommy Taylor et Duncan Edwards. Avec en plus les arrivées de Dennis Viollet et David Pegg, United s’offre le titre lors de la saison 1955-56 avec une avance de 11 points. Busby révèle ensuite son nouveau jeune prodige, à la frappe dévastatrice, Bobby Charlton. L’équipe remporte le championnat une seconde fois et se lance à l’assaut de la gloire européenne, alors que la veille Angleterre boudait cette compétition.

Au début de la saison 1957-58, Busby sent l’équipe prête pour un succès européen. Elle se rapproche après la victoire 2-1 contre l’Etoile Rouge de Belgrade en quart de final de la Coupe d’Europe. Le match retour à Belgrade est un vrai test pour les jeunes de Manchester. Ils se qualifient grâce à match nul 3-3. Matt Busby peut se réjouir d’un travail bien fait pendant ses 13 années passées au club. La consécration approche.

Ce qui arrive ensuite ne choque pas qu’une nation mais tout le monde du football.

6 FEVRIER 1958, FIN D’UN RÊVE
LE DRAME DE MUNICH

Des flocons de neige tombent sur un avion en ruine. C’est une scène qui glace les esprits de tous les supporters de Manchester United et du monde entier. Le désastre de l’aéroport de Munich, le 6 février 1958, emporte 21 vies, dont celles de sept Busby Babes. C’est une terrible tragédie qui hante toujours le cœur des personnes liées au club. Quelques décennies après, les fans rêvent encore de ce que cela aurait pu être si l’équipe était rentrée saine et sauf à Manchester, après les quarts de finale de la Coupe d’Europe face au Red Star Belgrade. C’est une histoire terrifiante marquée d’héroïsme:

L’avion affrété par Manchester s’est arrêté à Munich pour faire le plein de kérozène. Il doit repartir quelques minutes plus tard .Hélas, après deux décolages avortés, il est clair que quelque chose ne va pas avec un des moteurs.

Mais l’avion, un Elisabeth, peut décoller avec un seul moteur et là est la funeste décision. Alors que l’avion s’élance à nouveau sur la piste, la peur envahit le visage des joueurs.

« Nous allons mourir » crie Johnny Berry. Au lieu de quitter le sol, l’avion effectivement pique du nez, heurte la barrière en bout de piste, traverse une route et finit sa course dans une maison. L’aile et une partie de la queue de l’appareil volent en éclat. Quant au fuselage, il termine sa course dans un hangar plein de pneus et de gazole. Aussitôt, tout s’embrase.

Il est 10 h 09, le mercredi 6 février 1958, une date à jamais gravée dans nos cœurs.

Le gardien Harry Gregg se conduit alors comme un héros. Après s’être extirpé de la carcasse, il décide de retourner tenter de sauver des flammes un bébé et sa maman grièvement blessée, risquant sa vie. Puis, malgré les risques d’explosion, il tire Bobby Charlton et Dennis Viollet par les bas de leurs pantalons en dehors du feu. Les images de cette catastrophe plongent le monde dans la stupeur.

La vue de la plaque commémorative en mémoire des disparus de Munich accrochée à l’extérieur de la tribune Ouest est un moment émouvant de toute visite à Old Trafford.

Le jour de l’anniversaire, les supporters se réunissent et chantent « the flowers of Manchester ». Les paroles de cette chanson fut envoyé anonymement à un magazine folk en octobre 1958 en indiquant que la musique était celle de « High Germany ». Elle fut enregistré en 1962 par les Spinners.

The Flowers of Manchester

One cold and bitter Thursday in Munich, Germany,
Eight great football stalwarts conceded victory,
Eight men who will never play again who met destruction there,
The flowers of English football, the flowers of Manchester

Matt Busby’s boys were flying, returning from Belgrade,
This great United family, all masters of their trade,
The Pilot of the aircraft, the skipper Captain Thain,
Three times they tried to take off and twice turned back again.

The third time down the runaway disaster followed close,
There was a slush upon that runaway and the aircraft never rose,
It ploughed into the marshy ground, it broke, it overturned.
And eight of the team were killed as the blazing wreckage burned.

Roger Byrne and Tommy Taylor who were capped for England’s side.
And Ireland’s Billy Whelan and England’s Geoff Bent died,
Mark Jones and Eddie Colman, and David Pegg also,
They all lost their lives as it ploughed on through the snow.

Big Duncan he went to, with an injury to his frame,
And Ireland’s brave Jack Blanchflower will never play again,
The great Sir Matt Busby lay there, the father of his team
Three long months passed by before he walked again.

The trainer, coach and secretary, and a member of the crew,
Also eight sporting journalists who with United flew,
and one of them Big Swifty, who we’ll ne’er forget,
the finest English ‘keeper that ever graced the net.

Oh, England’s finest football team its record truly great,
its proud successes mocked by a cruel turn of fate.
Eight men will never play again, who met destruction there,
the flowers of English football, the flowers of Manchester


Quatrième partie

A LA POURSUITE DES ANNEES GLORIEUSES
EN ATTENDANT WEMBLEY (1958-1968)

Après le drame de Munich, Old Trafford devient un lieu de pélerinage pour les fidèles du club et pas seulement ceux de la ville de Manchester. Les joueurs qui arrivent pendant cette décade découvrent alors le poids de ce passé. Certains peuvent supporter cette pression et deviennent de nouveaux héros, d’autres ne peuvent tenir longtemps.

Pendant la convalescence de Matt Busby, gravement blessé lors du crash, c’est son loyal assistant Jimmy Murphy qui prend les manettes du club. Il reconstruit aussitôt une équipe autour des héros de Munich: Harry Gregg et Bill Foulkes, Shay Brennan et Ronnie Cope pour jouer à Sheffield Wednesday en 5ème tour de la FA Cup le 19 février 1958. Et cette équipe gagne 3 à 0 avec deux buts de Brennan. Cette victoire est inespérée et fait le bonheur des supporters. Mais l’équipe est néanmoins très affaiblie et ne peut finir que 9ème du championnat. Elle réussit cependant à arriver en finale de la FA Cup, mais doit s’incliner contre Bolton Wanderers. La saison suivante, United finit deuxième derrière Wolves, un résultat remarquable un an seulement après drame.

Début 1960, Matt Busby est de retour à Old Trafford. Deux ans plus tard, signe en provenance de Turin pour un montant record de 115 000£, Denis Law qui va devenir une des légendes du club. Puis arrive Pat Crerand, un solide écossais ayant joué à Glasgow Celtic. Busby a son plan pour revenir parmi l’élite malgré une 19ème place en 1963 qui signifie la descente en seconde division, sauvée par une victoire en finale de la classic cup contre Leicester 3 à 1 avec deux buts de David Herd .

Les supporters de United sont déjà impatients de remonter en première division et pour cela Busby va chercher un jeune irlandais, George Best, et un infatigable milieu John Connelly de Burnley. Et les résultats ne se font pas attendre, United redevenant champion la saison 64/65.

S’ouvre alors une nouvelle période faste pour United, retrouvant l’Europe en 66 avec une série de performance dont la victoire 5 à 1 contre le Benfica. Le rêve européen est stoppé à Old Trafford par le Partizan de Belgrade mais tous les supporters sentent au soir de l’élimination que United est sur la bonne voie.

United renouvèle ainsi son titre la saison 1966-67 et entame sa campagne européenne avec de meilleurs armes pour vaincre à l’extérieur. United se débarasse d’abord des maltais pour arriver au choc victorieux contre le Réal 1 à 0 à Bernabeu suivi d’un 3 à 3 à Old Trafford, ouvrant les portes de la finale à Wembley contre Benfica.