Heinze regrette

Manchester United France » Focus On, Manchester » Heinze regrette

Posté le jeudi 10 mars 2011 à 13 h 38 min

Auteur : Thibaut

Gabriel Heinze a joué à Manchester de 2004 à 2007. Il a livré avant le match aller pour le journal « aujourd’hui » en France ses excellents souvenirs d’Old Trafford.A travers cet entretien, on comprend ce qui fait la force de Man Utd.

Comment envisagez-vous cette confrontation avec Manchester ?

GH : On va jouer avec beaucoup d’illusions, d’envie, essayer de mettre en valeur. On sait que ce sera difficile, cette équipe de Manchester est bourrée de qualités. Mais on a une petite chance qu’il faut essayer d’exploiter.

Etes-vous plus angoissée par la ligue de champions ?

Pas spécialement. Cette épreuve me fatigue moins que le championnat. La ligue 1 me stresse plus. Quand tu joues tous les trois jours, tu dois trouver d’autres aspirations. Quand tu rentres à Old Trafford, tu n’as pas besoin de motivation, tu imagines !

Qu’a-t-il plus que le Vélodrome ?

Le truc qui s’est passé au Vélodrome (les sifflets lors du match contre Arels-Avignon), jamais tu ne le verras à Manchester. Ma première année, on finit troisième du championnat et on perd à domicile notre dernier match (3 à 1 contre Chelsea). Eh bien, les dirigeants nous ont obligés à sortir du stade. Les supporters nous attendaient sur le parvis afin de nous applaudir pour notre saison. Tu imagines avec l’OM : troisième et défaite à la maison ? Tu ne vas pas sortir du Vélodrome !

De vos trois années à Manchester, le quart de finale retour de la ligue des champions contre l’AS Rome en avril 2007 est-il un sommet ?

Oui. On a perdu 2-1 la-bas. On gagne 7 à 1. Je me rappelle la consigne de Ferguson : « Garçons, si tu fais une passe vers l’arrière, je te fais sortir ». C’est la première fois qu’un entraîneur me dit ça. Même pas dix-huit minutes de jeu et on mène 3 à 0, tout le monde est dans le camp adverse. J’ai le DVD du match à la maison.

En 2005, vous êtes élu joueur de l’année par les supporters ?

J’ai encore ce trophée à la maison en Provence. Personne ne le touche ! Sur le terrain, j’ai vu tout le monde m’applaudir, le public qui scande « Argentina, Argentina ! Tout ça, quand tu connais toutes les histoires entre Anglais et Argentins, les malouines, la rivalité qui perdure dans le football. C’est un truc fou.

Est-ce difficile de s’adapter au jeu mancunien ?

C’est très facile ! Sur mon côté gauche je n’ai pas trouvé Giggs c’est lui qui m’a trouvé, qui m’a fait joué. Manchester continue de gagner des titres grâce à ses anciens qui restent, ses guides. Ils connaissent tout et accueillent les nouveaux dans les meilleures conditions. Neville, Scholes, Giggs, chapeau !

Paul Scholes a dit « Quand j’ai rencontré Ferguson, j’étais terrifié. Je le suis toujours. Et vous ?

Je n’ai pas peur de Ferguson. J’ai juste du respect. C’est le patron. Dès que j’ai maîtrisé l’anglais, je l’ai souvent rejoint dans son bureau. Il M’a donné des conseils, qui m’ont servi toute ma carrière. En fait, tout ce que tu demandes, il te le donne. Et puis il te dit : Maintenant, si tu joues mal, c’est de ta faute. Il m’a adié à surmonter ma première grave blessure fin 2005, m’a permis de me retaper pour jouer la Coupe du Monde 2006. Ferguson, , tul’écoutes, il te donne une telle confiance… Tu peux accomplir des miracles.

Il ne vous a jamais tué comme a dit un jour Cristiano Ronaldo ?

Oh si. Je me suis fait tuer. Il ne regarde pas qui c’est s’il s’adresse à Scholes, Ronaldo ou Heinze. Il crie sur tout le monde, sans différence. Quand il s’énerve, c’est impressionnant, il a toujours les mêmes expressions. Im passait des après-midi à nous pourrir. On le méritait aussi.

Vos relations se sont dégradées sur la finn à l’été 2007 ?

Les discussions sur ma prolongations de contrat étaient difficiles, on n’était pas d’accord. Puis Liverpool est arrivé et payait ma clause. Les problèmes ont commencé, cela a dérivé sur des questions juridiques. Moi, j’ai mon caractère. Ferguson a le sien. Il a fait partir les monstres : Roy Keane, Beckham, Van Nistelrooy ! Quand deux forts caractères se rencontrent, ca fait parfois des étincelles. C’est ce qui s’est passé avec moi. Mais il y a une chose que je regrette, c’est mon départ de Manchester United.

.

Autres articles MUSC France :
« | »

Laisser une réponse